Imilchil - Maroc 2008

Imilchil est un petit village au coeur de l'Atlas. Passage de nombreux raids au Maroc, il fut longtemps desservi uniquement par les pistes de montagnes serpentant dans les oueds au fond des vallées et franchissant des cols impressionnants. L'un des rares itinéraires permettant une traversée Nord-Sud des montagnes. La route a permis son désenclavement et le village avec ses montagnes et ses lacs a un charme unique.

{gallery}maroc/2008/banner:560:125:0{/gallery}

Nous souhaitions cette année revenir sur nos traces plus anciennes pour un voyage au parcours assez classique mais aux paysages et pistes toujours aussi beaux. Un voyage de 3595 kilomètres au travers des paysages variés du Maroc.

Index

Carte

{gallery}maroc/2008/carte:180:180:1{/gallery}

Descente

Nous prenons le bateau à Sète le dimanche 24/02 après midi. Le Marrakech. Peu de monde sur le bateau. Traversée calme. Tampons marocains sur les passeports et enregistrement de fiches d’import de véhicule à bord. Nourriture décevante. Débarquement à Tanger le mardi matin un peu long. Passage rapide de la douane. Les douaniers me disent quand même que mon véhicule n’est pas ressorti du Maroc depuis le dernier voyage. Ca s’arrange après quelques discussions et l’évidence du véhicule qui est bien sorti du Marrakech. Autoroute et route jusqu’à Midelt. Quelques nuages et un peu de pluie en route. Hotel Kasbah Asmaa à la sortie sud de la ville. Cheminée agréable et bonne nourriture à l’hotel.

Midelt - Imilchil

Pour les points GPS voir le roadbook Midelt - Imilchil. Au départ de Midelt beau temps ensoleillé. La piste du cirque du jaffar bien qu’impressionnante est "propre" et se passe facilement. C’est par contre plus loin autour de la maison forestière d’Imitkane que les choses se corsent. La trace n’a pas été refaite récemment et une boue assez épaisse recouvre la piste. Quelques passages glissants sur une piste de terre en dévers peu rassurants que je n’ai pas aimé. Mais une fois le premier véhicule passé les autres suivent avec moins de difficultés dans les ornières tracées par la voiture de tête. Vues superbes sur les montagnes enneigées du Jebel Ayachi. Traversée de l’oued Ansegmir sur un pont en réparation avec une roue sur la poutrelle et une autre sur le tablier car l’oued est trop profond pour le traverser à gué. Belle piste ensuite vers Imilchil. Beaucoup d’eau dans les oueds où l’on perd assez souvent la trace de la piste qu’on retrouve quelques centaines de mètres plus loin. Le col du Tizi Inouzane est sous la neige et une fois de plus ça glisse fort, mais ici de grands remblais en terre sur le bord de la piste rendent l’opération sans danger. Arrivée à Imilchil en fin d’après midi. Visiste au premier lac, puis on rejoint l’hébergement d’un ami qui nous reçoit chez lui depuis de nombreuses années. Il a un peu agrandi et créé une nouvelle salle et 4 chambres, mais confort toujours aussi spartiate. Par contre si vous voulez de l’authentique et discuter avec un berbère qui connait très bien l’Atlas (il fait aussi guide de trek pour quelques agences) allez le voir. Dépaysement garanti, sa maison est isolée sur un plateau à mi chemin entre Imilchil et le lac. Repas typique, simple mais très bon. (Gite Tadmert N 32° 10' 32.6", O 5 ° 38' 9.8 ", demandez Lhousain Oukhatar, et dites que vous venez de ma part 00 212 66 10 30 80).

Imilchil - Alnif

Nous suivons l’itinéraire classique Imilchil Tinerhir par les gorges du Todra, car peu de chance qu’avec la neige actuelle la piste Agoudal Msemrir ne soit praticable. On croise un peu de neige à nouveau au col Tizi Tighighouzine. Route à partir d’Ait Hani, mais bien endommagée dans les gorges du Todra. De Tinerhir nous rejoignons Aknioun puis Nekob. La piste offre des vues exceptionnelles du Djebel Sagho. Mais piste assez longue car un peu cassante. De Nekob, route vers Alnif en passant par Tazzarine. Arrêt à l’auberge Les Météorites sur la route 15 kilomètres avant Alnif. Ibrahim qui nous recevait avant dans un petit hôtel du centre d’Alnif a construit cette grande auberge pour les cars de touristes nombreux qui s’arrêtent déjeuner sur la route entre Zagora et Erfoud. (il assure aussi la logistique locale de bivouacs pour des manifestations comme le 4L Trophy).

Alnif - Merzouga

Alnif – Merzouga : Enfin le désert, et la chaleur qui grimpe. Jolie piste par Fezzou, arrêt qui s’impose sur la grande dune au milieu du plateau à l’Est de Fezzou, traversée de l’Oued Rheris, et arrivée sur le lac de Merzouga après traversée de l’oued Ziz. Le lac est en eau. C’est superbe. Et en plus de nombreux oiseaux migrateurs y font escale, dont des flamands roses. Je n’avais pas vu le lac « vivant » depuis plusieurs années. Etape à l’auberge des Dunes d’Or.

Merzouga - Zagora

Plusieurs personnes au Maroc nous avaient annoncé une traversée difficile de l’oued Ziz près d’Ouzina et ensuite de l’oued Rheris à Er Remilia. Finalement beaucoup de FechFech mais ça passe sans problème, pour peu que l’on traverse sur les passages empruntés par les locaux. Petit écart vers le sud après Er Remilia et on rejoint la piste principale pour Tagounite. Pas de contrôle au fort militaire, mais un nouveau après le cirque de Tafenah. Remontée sur Zagora.

Zagora - Tata

Retour sur Tagounite, prise de la piste après le dernier col avant d’arriver à Mhamid. Incursion sympa dans les dunes de Chagaga et beau bivouac au milieu. Pas de vent et un temps assez chaud. Vraiment agréable. Sortie des dunes, lac Iriki et piste du Dakar. On rejoint la route à hauteur de Mhrimina. Hotel à Tata toujours aussi peu accueillant, faudra changer cette étape contre un autre bivouac.

Tata - Tafnidilt

Route jusqu’à Assa, puis piste vers Aouinet Torkoz qui est maintenant goudronnée. On la quitte avant Aouinet pour rejoindre l’oued Draa. Certaines traversées de l’oued ont été bien abimées et un peu modifiées, mais on trouve toujours de traces pratiquables très proches des itinéraires précédents. Retour sur la route près de Tilemsoun suite à un problème de ponts et amortisseurs sur un 80. De Tantan remontée sur Tafnidilt où nous retrouvons avec beaucoup de plaisir cette étape surprenante et confortable, isolée sur les berges de l’oued Draa. Excellent tajine.

Tafindilt - Plage Blanche - Agadir

Hors pistes sympa de Tafnidilt a Aoreora. Quelques dunettes. Surprise, nous ne rencontrons personne au fort qui tombe de plus en plus en ruines (les militaires auraient ils désertés cet emplacement). Pas de traces non plus des vieux chars. Descente sans problème par la trace un peu à l’est du Fort. On traverse l’oued et le longe jusqu’à la plage. Sans problème mais des traces d’enlisement récentes près de l’embouchure. Malheureusement la mer était haute, donc peu agréable de rouler entre les détritus près des dunes plutôt que sur la plage. Arrivée à l’embouchure de l’oued Boussafene la mer est au max, donc l’embouchure entièrement recouverte. C’est très beau. Remontée de l’oued d’un côté par une petite piste, traversée 3kms plus loin et on rejoint la route à la pointe de la plage blanche. Il est temps pour nous de remonter par la route. Etape au Paradis Nomade au dessus d’Agadir. Un repos bien mérité dans un confort absolu, et ici encore un repas qui fait plaisir aux papilles.

Retour

Remontée par Essaouira pour un peu de tourisme, et une ballade en quad sur la plage vers le phare assez sympa. Retour d’Essaouira à Tanger en passant par Marrakech, la nouvelle autoroute Marrakech Casablanca réduit agréablement les temps. J’essaie de ne pas me faire prendre par les nombreux contrôles de vitesses, mais finalement je n’évite pas de me faire extorquer 200 DH à l’entrée de Tanger. Disons que c’est la taxe pour les bonnes œuvres de la police marocaine. L’embarquement est très long avec des fouilles minutieuses par les douaniers de plusieurs voitures avant nous. Le bateau partira avec plusieurs heures de retard. Traversée sans rien à signaler, si ce n’est la nourriture sur le bateau qui manque un peu de qualité. Débarquement à Sète le mardi vers 14h. En conclusion un beau voyage, un temps très agréable avec du soleil et pas de vent, la vue des montagnes enneigées et de belles dunes à quelques jours d’intervalles. Une grande variété de pistes et de paysages. C’est quand même cela l’atout du Maroc. On ne se lasse pas. Par contre la fréquentation semble avoir baissé car pas ou peu croisé d’autres 4x4 sur les pistes et dans les auberges et ceux qui travaillent là bas dans le tourisme sont unanimes pour dire que ça ralentit. Est-ce un effet des derniers événements je ne sais pas. Pour notre part aucun sentiment d’insécurité à aucun moment, les petits marocains semblent même moins insistants sur cadeau/bonbon et les adultes très serviables et acceuillants, les militaires et gendarmes croisés sur les pistes ou routes sont souriants, ne demandent que le minimum d’informations et vous laissent passer rapidement les contrôles.